Les meilleurs conseils d’Arnold Schwarzenegger encore valable en 2019 !

10 juin 2019 0 Par Edouard
Les meilleurs conseils d’Arnold Schwarzenegger encore valable en 2019 !
5 (100%) 2 votes
Autobiographie Total recall Arnold Schwarzenegger
Total recall d’Arnold Schwarzenegger

Introduction

Total Recall est l’autobiographie bourré de conseils d’Arnold Schwarzenegger qui est sorti en 2012. Cette autobiographie est l’une des meilleures jamais réalisées. Elle est également sous-titrée « L’incroyable et véridique histoire de ma vie ».

Arnold Schwarzenegger est ce que l’on appelle une success story. Il est né dans un petit village au fin fond de l’Autriche dans une famille très pauvre.

Au début de son autobiographie, nous apprenons qu’il n’avait même pas l’eau courante dans la maison de ses parents. Il est littéralement parti de rien pour devenir l’une des plus grosses star d’Hollywood et également l’une des mieux payées. Puis, il est devenu gouverneur de Californie, rien que ça !

Son destin est incroyable, personne n’y aurait cru

persévérance conseils swcharzenegger

 Ainsi, nous apprenons, toujours dans le début de son livre comment il s’est mis à pratiquer la musculation puis s’est peu à peu rapproché du culturisme. Dès son plus jeun âge, il rêvait d’aller aux États-Unis, ce pays où il pourrait réaliser ses rêves. C’est donc dès son adolescence et par son envie d’Amériques qu’il cultiva un goût pour l’effort, la compétition et la réflexion. Grâce à sa persévérance, il est devenu un grand champion du culturisme en obtenant des titres de Mister Olympia et Mister Univers par exemple.

C’est grâce à ses titres et sa renommée en tant que champion du monde de culturisme qu’il parvient à réaliser son rêve : aller aux États-Unis. Puis, sa carrière d’acteur à commencer. Le film qui l’a propulsé a été « Conan le barbare » où il a eu une grosse somme d’argent. Néanmoins, au commencement de sa carrière d’acteur, il s’est dit « il ne faut pas que je dépende du cinéma pour gagner ma vie. Je vois trop de gens autour, des culturistes comme moi qui sont connus dans leur milieu et qui essaient de se mettre au cinéma, ils n’ont que des petits jobs et puis ce n’est pas ça qui nourrit son homme. »

Se protéger

C’est pourquoi, avant même de se lancer dans le cinéma, il était déjà dans le business de l’immobilier, afin d’avoir une source de revenu indépendante de sa carrière au cinéma.

Arnold, malgré sa carrure imposante et l’image que les bodybuildeurs renvoient est quelqu’un de très intelligent, de très honnête et de très franc. Il écrit très simplement sa vie, il est extrêmement attachant et sympathique. Il nous parle également sans détour de ses faiblesses et de ses défauts, ce qui le rend très attachant. Ensuite, Il nous parle, bien entendu également de ses victoires en nous expliquant à chaque fois, comment, par son intelligence et sa persévérance il y est parvenu.

Les conseils d’Arnold Schwarzenegger

A la fin de son livre, il nous donne également quelques conseils très utiles qui sont, d’après lui, les clés de son succès. A lire avec grand attention, donc !

L’un des conseils les plus important qu’il nous donne est celui qu’il a utilisé dès l’adolescence et qui l’ont conduit au États-Unis est de se fabriquer une vision et d’utiliser notre volonté afin de la réaliser. D’abord il avait la vision des USA, ensuite d’être célèbre puis riche. Et toutes ses visions se sont réalisées !

Il nous raconte également qu’être riche n’était pas sa priorité. Même s’il vient d’une famille extrêmement pauvre, il ne rêvait pas de vivre dans l’opulence.

D’ailleurs, il nous apprend également que devenir gouverneur de Californie lui a fait perdre 200 millions de dollars. De même, en étant gouverneur pendant ses deux mandats, c’est-à-dire huit ans, il ne pouvait pas tourner de films. Ce qui fait qu’en huit ans, il a perdu énormément d’argent, en plus de l’argent qu’il a investi personnellement dans sa compagne électorale.
Il a su saisir l’opportunité de devenir gouverneur de Californie mais il a également vu le prix de cette opportunité.

Nos handicaps font notre force

Un autre conseil d’Arnold est également de transformer ses handicaps en avantages. Voici ce qu’il nous dit « Quand j’ai essayé d’obtenir des premiers rôles au cinéma, les impresarios que j’ai consultés m’ont dit de laisser tomber. Mon corps, mon nom, mon accent étaient trop particuliers.

J’ai choisi de ne pas les écouter, de travailler mon accent, mon jeu d’acteur comme j’ai travaillé. J’avais travaillé mon corps pour devenir une tête d’affiche. Avec « Conan » et « Terminator », j’ai réussi à percer. Tous ce que les agents m’avaient décrit comme des handicaps ont fait de moi un action héro. ».

Il nous dit également « Quand on vous dit non, entendez oui. Impossible est un mot que je me suis fait un plaisir d’ignorer quand j’étais gouverneur. La seule façon de rendre possible l’impossible, c’est de s’y attaquer. Et il dit quelque chose de très juste : En cas d’échec, quelle importance puisqu’on vous l’avait prédit – on vous avait prédit que vous n’allez pas réussir – Mais en cas de réussite, vous aurez fait avancer le monde »

Suivre son instinct

Et enfin, nous apprenons que « Ne suivez jamais la foule. Allez là où il n’y a personne. Comme on dit à Los Angeles, évitez les grands axes à l’heure de pointe. Prenez les petites rues. Il dit : Quand je vois tous les acteurs en herbe se démener pour obtenir des petits bouts de rôles dans les films, j’ai visé les premiers rôles. Tous les politiciens débutent leur carrière par des fonctions locales, j’ai brigué directement le poste de gouverneur. On sort plus facilement du lot quand on vise le sommet. »

Troisième conseil d’Arnold : il faut savoir se vendre. Il a beaucoup insisté là-dessus et c’est vrai, vous pouvez avoir le meilleur produit du monde à vendre, si vous ne savez pas le vendre, personne ne vous achètera. Vous pouvez être le meilleur peintre en bâtiment du monde, si vous ne savez pas vendre votre talent, personne ne vous prendra. Voilà ce qu’il dit à ce propos : « On peut être un grand poète, un grand écrivain, un génie de laboratoire, on peut être le meilleur dans son boulot mais si personne ne le sait, à quoi ça sert. Donc l’essentiel, c’est de savoir vous vendre. C’est vraiment très, très important. »

Atteindre le sommet

Nous apprenons également qu’à chaque fois qu’il rencontre quelqu’un qui a eu du succès comme lui, il s’efforce toujours d’analyser comment il est arrivé au sommet. Il appelle ses personnes des « grands personnages ». Ce trait est commun aux personnes qui réussissent, en effet, avoir la capacité, du moins se donner la peine de décortiquer les éléments qui mènent quelqu’un au succès est l’une des clés afin de pouvoir copier ce succès. Il faut donc étudier un maximum de cas concrets.

Cette analyse ce fait dès que l’on rencontre une personne qui a réussi : il faut lui poser des questions pour comprendre quels ont été les façons de pensées, les stratégies mises en place afin de réussir à atteindre leur but. Arnold nous dit « Il y a mille chemins qui mènent à la réussite et j’adore déduire de nouvelles règles de mon expérience et de la leur. Ça aussi, c’est quelque chose qui est très, très important. Pensez toujours à étudier des gens parce que malheureusement, beaucoup trop de gens se focalisent sur le négatif. Ils regardent les news de la télé, ils pensent que l’économie va mal, que le monde va mal, etc. ils sont entourés de gens qui ne sont pas forcément très positifs. Du coup, comment voulez-vous qu’ils étudient le succès et qu’ils savent comme ça quelles sont les choses à actionner, les actions à mettre en place dans leur vie pour avoir davantage de succès. »

Ainsi, il nous livre dix principes qui découlent de cette pensée.

  • Ne jamais laisser la fierté être un frein : il cite Mohamed Ali comme d’un exemple positif.

Il nous dit également de ne pas trop réfléchir. « On passe son temps à réfléchir, l’esprit ne s’en détend jamais. Ce qu’il faut, c’est laisser flotter librement le corps et l’esprit. En même temps, il a un petit peu légèrement, légèrement, plus de succès que moi. ». Ainsi, on comprend qu’il est important de laisser son subconscient respirer, mettre à plat les choses afin de mieux comprendre, ce qui est également développé dans la méthode Ikigai

Cependant, il ne faut pas déconnecter notre cerveau à 100%. Il ne faut pas laisser notre cerveau trouver les solutions sans s’être à minima atteler à réfléchir. Ainsi, il faut tenter de trouver une solution et lorsque l’on est bloqué, que l’on ne sait pas du tout comment faire, il faut se poser certaines questions : ai-je les connaissances suffisantes afin de me bloquer ? Si oui, pourquoi je n’y arrive pas ? Et à ce moment là seulement, se laisser du temps. La nuit porte conseille comme on dit et ce n’est pas faux car durant la phase de sommeil, le cerveau va nettoyer les informations et pouvoir créer un lien entre une information perdue et votre problème.

Ainsi, même s’il faut savoir laisser sa réflexion de côté, il faut agir et pour cela, développer sa confiance en soi. Sans action, aucun rêve ne peut aboutir. Il faut se donner les moyens et persévérer.

Pour Arnold, excès de réflexion peut devenir handicapant. En effet, à trop réfléchir, on peut trouver des problèmes et des blocages qui n’ont pas lieu d’être. Si on réfléchissait à tous les risques encours avant de traverser une route, nous ne traverserions pas.

La réussite ou rien

Ensuite, il n’y a pas de plan B. Comme il dit « comme vous n’avez pas de plan B, le plan A doit réussir et puis c’est comme ça. » L’avantage est que cela vous force à tout donner pour le plan A. Néanmoins, je vous recommande d’avoir un plan B, au cas où. La réussite tient en une multitude de facteur que l’on ne contrôle pas forcément.

Cinquième conseil d’Arnold : il n’y a que 24h dans une journée, alors prenez ses heures et servez-vous en à bon escient. Et même si ce n’est qu’un tout petit pas, c’est un pas.

Sixième conseil : la répétition est la clé. Si l’on échoue quelque chose, il faut reprendre là où on a raté. Recommencer, encore et toujours jusqu’à y arriver. C’est comme à l’école, quand on n’arrive pas à résoudre un exercice, on retourne sur son cours encore et toujours. La répétition amène la compréhension, la perfection.

Septième conseil : ne rien reprocher à ses parents. C’est une excuse pour ne pas avancer, pour ne pas agir. Peut-être que vos parents ont tout faits pour vous éviter la situation dans laquelle vous êtes mais n’y sont pas arrivés. Dites-vous qu’il y a toujours pire. Servez-vous en pour avancer, vous battre. N’ayez pas d’excuses, avancez.

Huitième conseil : il faut avoir le courage d’agir. Il cite l’exemple de Gorbatchev qui a eu le courage de changer un système

Neuvième conseil : comme il le dit, « il faut avoir faim de réussir, faim de laisser une trace, faim d‘être vu et entendu et d’avoir une influence Et à mesure que vous grimpez et que vous réussissez, faites-en sorte d’avoir toujours faim d’aider les autres. ». On reconnaît ici son caractère de vouloir se dépasser, atteindre ses objectifs mais en même temps de rester bienveillant et ouvert au monde.

Conclusion

Voilà les conseils d’un homme extraordinaire, à la destinée incroyable. La morale de cette histoire est que, qui que vous soyez, quelque soit vos chances de réussir, votre situation de départ, vous pouvez y arriver. Il suffit de se donner les moyens.

Je vous recommande absolument ce livre. Il se dévore très vite et est incroyablement puissant en inspiration et en motivation. Vous pouvez le retrouver sur Amazon : Total recall

notes Amazon autobiographie Arnold Schwarzenegger
avis Amazon autobiographie Arnold Schwarzenegger