Réussir : apprenez à le faire – reconversion professionnelle

29 mai 2019 2 Par Edouard
Réussir : apprenez à le faire – reconversion professionnelle
5 (100%) 13 votes

Résumé : dans ce livre, Programmer votre reussite nous allons découvrir une nouvelle définition du mot réussir. Joël LICCIARDI, l’auteur, va nous montrer que cette réussite dépend des leçons que nous tirons de nos expériences. Cette réussite n’est non-plus basée sur un résultat mais plutôt sur la sensation d’avoir fait du mieux que l’on pouvait. La réussite de s’être surpasser et d’être aller au maximum de nos capacités

SOMMAIRE

Introduction

I – Savoir s’exprimer

II – se fixer des objectifs

III – Utiliser et développer sa mémoire

IV – Modifier sa perception face au stress et aux soucis

V – Entretenir des relations efficaces

VI– être plus enthousiaste chaque jour

Conclusion

Introduction

Selon le dictionnaire Larousse, la définition de la réussite est « entreprise, action, œuvre qui connaît le succès, c’est-à-dire un résultat favorable », nous avons donc, officiellement, une corrélation entre un résultat positif et la réussite.

Or, l’auteur nous mène à penser que cette définition n’est pas universelle, bien au contraire. Chacun de nous a la possibilité de trouver sa propre définition de la réussite. Nous voyons ici que tous les sens que l’on donne à la réussite ramène à un point : faire ce que l’on souhaite, réaliser ses rêves.

Afin de réussir, d’atteindre ses objectifs, il faut d’abord passer par une étape très complexe : trouver ses objectifs. En réalité, il ne s’agit pas de trouver ses objectifs mais de se laisser le temps de les trouver. Il faut savoir s’accorder du temps de réflexion, afin de pouvoir se poser les bonnes questions « qu’est-ce qui est le plus important dans ma vie aujourd’hui ? », « qu’est-ce que j’aimerai faire ». En somme, qu’est-ce qui vous anime au plus profond de vous ?

Exemple d’un choix de vie

Le piège est d’avoir une vie trop éloignée de nos rêves. Par exemple, si notre rêve est de passer ses journées à la plage et que nous vivons à Paris, le risque de rater sa vie est élevée. Au contraire, si vous rêver de passer vos journées à la plage et que vous vivez à Marseille, vous avez plus de chance d’y arriver.

Pourquoi vous avez plus de chance ? Car vous voyez cet objectif. Vous avez ce but, ce rêve en ligne de mire, vous voyez tous les jours qu’il est atteint, il n’est qu’à quelques mètre de vous !

but rêve, comment l'atteindre

Attention, je ne dis pas que ce sera plus facile car, justement, le mental à un impact immense sur le reste. Vous n’avez peut-être pas décidé de vivre à Paris mais vous avez le choix de quitter cette ville. Globalement, souvenez d’une chose : 2% de ce qui vous arrive dans la vie vous échappe. A contrario, 98% de ce qui vous arrive dans votre vie découle directement de vos actes. Donc passer à l’action maintenant et reprendre le contrôle de votre vie au plus vite.

Réussir dans la vie à un coût. Il faut se libérer de nos obligations, faire des choix : partir loin de sa famille ou rester à leurs côtés ? Ces contraintes, parfois imposées nous demandes de gros efforts de réflexion, nous provoquent de grosses douleurs, des doutes, … ici, la méthode est de commencer petit.

Pourquoi commencer petit ?

Commencer petit est une action qui ne demande que peu de temps et d’effort. Si vous avez un gros projet mais que vous le divisez en minuscules étapes, vous allez, chaque pas après l’autre, bâtir votre édifice. Se fixer de minuscules objectifs permet de briser la peur de l’affrontement, de nous rassurer en réalisant de petits défis quotidiens et surtout de nous réjouir des petites victoires qui auront sur nous un effet de levier et nous permettra de booster notre confiance en nous et notre créativité.

Chapitre I – Savoir s’exprimer

Développer nos capacités, réussir à parler

Le but de ce chapitre est de développer nos capacités à nous exprimer. Que ce soit devant nos collèges, des inconnus, des connaissances et même devant nos propres amis et famille, il nous savoir bien s’exprimer. Des idées claires exprimées simplement seront bien plus efficaces que de longues tirades. De même, vous pouvez avoir révolutionné le monde des mathématiques, si vous ne savez pas exprimer vos idées, personne ne vous comprendra ni ne vous écoutera.

Le secret ici et même s’il y a des méthodes, est, bien sûr, la pratique. Et même si vous connaissez des gens qui ont de l’aisance naturellement, dites-vous que ce n’est pas une fatalité, avec de l’entraînement, vous pourrez, vous aussi, progresser pas à pas.

Voici donc 11 conseils pour progresser dès à présent dans la prise de parole en public :

Parlez de ce que vous maîtrisez

C’est un basique mais il est bon de le rappeler. Il est conseillé d’illustrer vos propos avec expériences, d’exprimer vos idées, vos opinions ou même d’exposer ce que vous avez lu (ce que je fais ici) car cela donne à votre récit de la crédibilité.

Nous avons déjà tous expérimenté cette situation où un ami nous raconte une histoire pas très claire en nous disant que c’est le cousin du frère de son grand-oncle qui… à tous les coups, on ne le croit pas, il n’a aucune crédibilité car il n’a aucune source.

Au contraire, si je reprends mon introduction lorsque que je vous disais que 98% de ce qui vous arrive dans la vie vous incombe, vous pouvez me croire sur parole ou non. Ça paraît gros d’ailleurs, non ? Cette information vient d’un séminaire mené par J. Abraham, qu’il a très sagement nommé la règle du « 98/2 ».

Selon l’auteur, la plupart des personnes n’osent pas parler en public de sujets concernant leurs vies privées ou professionnelles car elles pensent ces détails insignifiants. Or, c’est une grave erreur. Que ce soit votre dernière lessive, votre promenade ou votre dernier désherbage, ce témoignage est très enrichissant. Déjà parce que vous risquez de partager des astuces que d’autres ne connaissent pas ou d’en recevoir à votre tour. De plus, lorsque vous évoquez quelque chose qui vous est réellement arrivée, c’est une argumentation très forte, personne ne peut affirmer que vous ne faites pas votre lessive par exemple.

Deux astuces

  • Ayez toujours plus que pas assez : si votre présentation doit durer 5 minutes, préparez-vous à avoir du contenu pour 10 minutes. Cela fera, qu’avez la préparation, ce sera plus naturel au parlé et vous ferez en confiance ;
  • Si vous oubliez votre texte, il faut improviser ! Improviser est simple, il suffit de prendre un souvenir, une lecture, quelque chose qui vous est arrivée et de lancer la discussion dessus.
  • Cessez de gesticuler

Si vous vous déplacez de trop, vous risquez de disperser l’attention des auditeurs et de vous déconcentrer. Vous remarquerez le regard des personnes sur vous et le stress monter. Ne soyez pas non-plus fixe comme une pierre mais adoptez une attitude naturelle, comme si vous étiez en pleine discussion avec un ami.

Le mieux est de rester face au public, les pieds au sol très légèrement écartés. Vous ne pouvez vous déplacer que pour certaines raisons particulières : chercher un objet, le poser, le ramasser, écrire au tableau, …

Soyez concis

Il n’est jamais bon de se perdre dans de longues tirades et de longs exemples. Vous risquez de perdre le fil de votre pensée et l’attention de vos auditeurs. La concision est une science très difficile et demande beaucoup d’entraînement. La capacité d’attention est d’environ 2 à 3 minutes seulement. Il faut donc savoir réduire ses informations et aller droit au but assez rapidement.
Si vous avez un chronomètre ou une horloge, ne paniquez pas mais regardez de temps en temps afin d’ajuster votre rythme. Prêter attention à l’attitude de l’auditoire est un bon indicateur : est-ce qu’ils s’ennuient ou n’arrivent pas à suivre ? Vous allez peut-être trop vite, pas assez vite ou vos propos ne sont pas assez clairs.

Ne pas écrire ni lire

Qui a envie d’écouter quelqu’un qui a son regard fixe sur ses notes ou qui a le dos tourné ?

De même si vous présenter un PowerPoint, respectez cette règle : pas plus de cinq minutes par slide et pas plus de deux idées par slide.

Si vous lisez vos notes, ou les slides, vous couperez le contact avec votre auditoire. Si vous avez un discours ou chaque mot compte, vous devrez, bien sûr, lire.

De même, vous serez tenté d’apprendre par cœur votre texte : grave erreur. Vous risquez de l’oublier et de rester bloqué en pleine présentation et vous aurez tendance à réciter de manière monotone et robotique, ce qui risque d’ennuyer vos auditeurs.

Le tout est de bien connaître le début, la fin et les mots techniques ou très importants que vous avez à dire. De même, ne mémoriser que les notions clés de votre présentation, votre expérience et la préparation que vous avez eue fera que la présentation se fera naturellement.

En ce qui concerne les termes très techniques, vous pouvez les écrire ou les projeter sur un écran, cela induira un effet de dynamisme mais ne tombez pas dans le piège évoqué plus haut de lire.

Différentes clés pour les étapes de votre discours

S'exprimer en public, un atout

En introduction :

  • Posez une question : cela surprend et nous implique dans la discussion ;
  • Allez dans le vif du sujet : « Cette année, au second trimestre, sur Paris, nous avons réalisés tant … » ;
  • Commencez par un dialogue : cela sera amusant et impliquera également l’auditoire qui pourra s’identifier aux propos tenus ;
  • Évoquez un fait d’actualité, une nouvelle que tous ou la plupart des personnes présentes connaissent.

Dans l’exposé même :

  • Utilisez des termes positifs ;
  • Utilisez un langage simple ;
  • Illustrez votre propos par un langage imagé ;
  • Utilisez des phrases courtes ;

En conclusion :

  • Interpellez les personnes présentes par une citation ;
  • Tournez vos phrases pour inviter à l’action : « En faisant ceci, nous auront cela » ;
  • Soyez entendu.

Faites l’expérience : si vous chuchotez, on vous entend plus distinctement et mieux que si vous criez.

Un exemple : nous avons tous expérimenté cela lors d’une réunion familiale, une fête, dans le métro ou dans la rue. Une personne crie et au final, quand nous retrouvons le calme, nous ne savons même pas ce disait cette personne alors qu’elle faisait le plus de bruit.

Il y a deux facteurs à cela. Déjà, dans notre esprit, nous étions contrariés de l’entendre crier alors nous pensions « mais, ne va-t-elle pas se taire ? ». Notre esprit et notre attention était focalisé ailleurs. Le deuxième facteur est qu’en donnant de la voix, on a tendance à accélérer nos propos, ce qui les rend inaudibles.

Exercice

L’exercice afin de se libérer de cette tendance à hausser la voix est de… hurler son texte. Alors, vous passerez pour une personne dérangée auprès de vos proches mais l’exercice en vaut la peine : vous allez découvrir votre limite de volume sonore.

Gesticuler

Pour l’auteur, les gestes sont des éléments clé de la communication. Attention toutefois à ne pas en faire trop. Vous pouvez, pour vous en libérer, répéter votre texte en gesticulant exagérément. Les gestes aident à réduire le trac. Si vous adoptez la gestuelle d’une personne naturelle et en confiance, vous le deviendrez car le corps peut influencer l’esprit.

Associé les deux derniers exercices et vous gagnerez le 1er prix de vidéo gag à coup sûr ! :’)

Regardez votre auditoire

Si vous discutez avec un ami, vous allez naturellement le regarder dans les yeux. Si vous avez plusieurs interlocuteurs, faites-en de même mais successivement. Le regard aide à entrer en contact avec la personne, elle va se sentir concernée par ce que vous dites.

Une astuce si vous n’osez pas le contact : regardez la personne au milieu du front. Avec la distance, elle aura l’impression que vous la regardez dans les yeux. Vous pouvez également regarder au-dessus de la foule.

Le sourire

Auriez-vous envie d’écouter quelqu’un qui a l’air blasé par son sujet ? Non ? Eh bien, ne le faites pas non-plus ! Souriez ! Vous enverrez l’image d’une personne de confiance : vous savez parler en public, vous connaissez votre sujet, vous êtes sûr de vos produits et en plus vous avez l’air sympathique ! Cela met en confiance et à l’aise de public.

Les objets

Rien de tel pour illustrer vos propos qu’un objet. Quelques règles néanmoins :

  • Ne prenez l’objet que lorsque vous allez l’utiliser pour garder l’effet de surprise, rangez-le ensuite pour que l’auditoire ne soit pas déconcentré ;
  • Communiquez avec votre auditoire et non avec l’objet ;
  • Mettez cet objet à bonne hauteur, sans cacher votre visage ;
  • Ayez des propos clairs.

Ne soyez pas ni trop rapide, ni trop lent dans votre débit de parole : vous risquez de perdre et d’ennuyer votre public. Marquez des pauses, des moments de silences afin d’accentuer les moments importants. Cela permettra également au public de mieux intégrer les idées et propos exposés.

La respiration

Élément clé : respirez profondément et souffler doucement. Cela permettra de vous détendre, de vous recentrer et de vous connectez avec vous-même. Un peu comme la méditation.

Chapitre II – se fixer des objectifs

Identifier ses buts

Avoir des objectifs est indispensables pour progresser. Mais quels sont nos objectifs ? Ce sont nos rêves, nos envies. Nous cherchons à tout prix à éviter la confrontation avec eux : il est trop tard, c’est irréalisable.

Lorsque nous sommes adultes et dans notre routine quotidienne, notre confort habituel, nous n’avons pas la force de retrouver nos rêves et de tout mettre en œuvre afin de les réaliser.

Il faut beaucoup plus de force pour s’opposer à ce que l’on a plutôt que d’essayer de réaliser quelque chose lorsque l’on n’a pas ou peu accompli. Il faut avoir le courage de trouver sa propre direction, ses propres objectifs. Il faut savoir trouver ce qui nous motive au plus profond de nous.

Ensuite vient l’étape du passage à l’action : accepter de se faire accompagner par un coach, suivre des formations, …

Fuir les personnes qui vous freinent

 Écarter des nocifs passer réussir une action

Les personnes qui vont essayer de vous éloigner de vos objectifs sont nocifs pour vous. Il faut donc vous éloigner des personnes qui essayent de vous dissuader de passer à l’action. Parfois, ces personnes pensent bien faire, car elles ont peur pour vous mais ne vous laissez pas atteindre par cette peur qui bloque toute impulsion et créativité moteur de changement et de bonheur.

Entourez-vous de personne bienveillante qui n’auront de cesse de vous pousser vers le haut. Gardez vos objectifs droits devant et inspirez-vous de vos mentors. De même, cherchez sans cesse des contre-exemples aux propos tenus à votre égard.

Définir un bon objectif

Votre objectif doit être daté et mesurable.

Un exemple : courir plus vite qu’Usain BOLT n’est pas un objectif mais réussir à courir le marathon de Paris en est un. Votre objectif doit vous motiver et vous forcer à sortir de votre zone de confort afin de progresser efficacement.

Prenez du recul

Lorsque l’on entreprend un projet, nous y consacrons tout notre temps, en négligeant nos amis, notre famille et nous-même. De même, lorsque nous sommes concentrés sur une action, nous ne pouvons pas avoir une vue d’ensemble de ce que nous faisons et nous nous disons « wow, il me reste encore tout cela à faire » alors qu’en réalité, on a déjà réalisé plus de la moitié. De même, lorsque nos idées ne sont pas claires, lorsque l’on rencontre une difficulté, laissez cette activité permet au cerveau de se reposer et, inconsciemment de résoudre ce problème. Il nous est déjà tous arrivé de faire une tâche, rencontrer une difficulté, s’acharner dessus mais de ne rien résoudre. Dépité, nous abandonnons cette tâche et lorsque nous y revenons, quelques heures, quelques jours plus tard, nous y arrivons et nous demandons même comment nous avons pu être si bête.

L’auteur nous conseille donc de faire de petites pauses régulières dans la journée afin de nous demander si cette activité est importante pour nous. Vous pouvez prendre ces deux minutes et faire le vide afin de vous recentrer.

La persévérance

Faire ce qui est important pour nous demande un réel investissement. C’est très difficile et nous devrons quitter notre zone de confort. Ne laissez aucun prétexte prendre le pas sur votre détermination à atteindre vos objectifs. Les difficultés sont toutes surmontables. Il suffit de chercher des solutions.

Se libérer du regard des autres

Vous devez prendre du recul sur ce que les gens vont penser de vous. Oui, vous réaliser des actes étranges. Oui, vous travailler sur tel ou tel sujet, pendant des heures, sans que personnes ne puissent vous déranger.
Mais, au final, lorsque vous aurez atteint vos objectifs, vous verrez que ça en valait la peine et que si c’était à recommencer, vous le ferez sans hésiter. Alors, ne passez pas à côté de votre vie pour le regard des autres.

Se mettre à l’action

Lorsque nous voulons nous concentrer sur une tâche, nous voyons la montagne, nous remarquons les miles et unes choses que nous devions faire et que nous avons repoussés tant de fois déjà. Il vous faut résister aux prétextes pour repousser vos projets.

Ne jamais perdre de vu ses objectifs

Réaliser une étape pour réussir votre objectif

Écrivez sur une feuille de papier les actions que vous avez à mener le lendemain pour réaliser une étape de votre objectif. Gardez là toujours dans votre champ de vision : sur la table de chevet le matin, sur le frigo, sur le bureau.

Prenez quelques minutes en lisant cette étape, visualiser vous en train de l’effectuer, visualisez cette tâche effectuée et pensez à votre objectif une fois qu’il sera atteint.

Votre cerveau pourra s’en accommoder et l’aidera à tout mettre en œuvre pour réaliser cet objectif.

Voir votre but atteint vous donnera également plus de motivation.

Chapitre III – Utiliser et développer sa mémoire

Il n’est jamais trop tard pour atteindre ses rêves

Il est utile d’utiliser des outils pour décharger notre mémoire : agenda, feuille, … mais attention à toujours entraîner votre cerveau à retenir des informations. Avec des méthodes adaptées, on peut considérablement améliorer sa mémoire

Le processus de mémorisation

Comme pour toute activité, la mémoire se pratique. Plus on s’exerce à retenir, mieux on retient.

Voici quatre méthodes de mémorisation :

  • Les noms : retenir les noms des personnes que l’on vient de rencontrer est une arme puissante pour la socialisation. Il faut simplement être très attentif dès le départ, de se répéter ce prénom et de l’utiliser fréquemment dans la conversation
  • La technique des crochets de mémoire : cela consiste à retenir des idées dans le désordre. Il suffit d’apprendre une liste numérotée ou de créer une phrase avec les mots à retenir. Plus cette phrase sera absurde et fera appel aux cinq sens, plus vous la retiendrez. Ensuite, pensez à certains des mots que vous avez retenus afin de retrouver les autres
  • Les lieux : on doit visualiser le parcours en inventant une histoire avec les différents mots à retenir.
  • Les chaînes d’images : ici, on associe différentes images entre elles. Plus l’association est ridicule, plus vous retiendrez ces mots.

La courbe de l’oublie

Ici on s’appuie sur les travaux du psychologue allemand Hermann EBBINGHAUS qui démontre qu’il convient de procéder à des répétitions espacées dans le temps pour avoir une mémorisation efficace sur le long temps. Par exemple, ajoutez deux jours d’espace entre chaque répétition à chaque fois.

Vaincre la peur

Il est difficile pour nous, en tant qu’humain, de dépasser notre peur. Nos croyances sont nos plus grands obstacles. Là encore, il faut dépasser nos croyances, sortir de notre zone de confort et repousser nos excuses. Notre volonté est la force qui peut nous faire avancer. Nous avons la force mentale de bousculer nos habitudes, de nous mettre sur le chemin qui nous mènera à notre succès. Il faut oser agir dès maintenant.

Voir vos réussites

Nous avons tendance à ne retenir que le négatif. Or, voir et se réjouir de nos réussites est le moteur de nos réussites futures. Nos réussites passées sont toujours d’actualités, elles ne sont pas dépassées et ne sont ni acquises, ni banales. Nous avons travaillé dur pour avoir ce que nous avons et nous pouvons encore travailler dur pour atteindre nos objectifs.

Voyez vos qualités

Listez toutes vos qualités, demandez à vos proches, vos amis de faire une liste de vos qualités.

Chapitre IV – Modifier sa perception face au stress et aux soucis

 Le stress se manifeste en trois phases que l’on va explorer ;

  • L’Alarme ;
  • La résistance ;
  • L’épuisement.

La phase d’alarme

Cette phase est associée à la montée d’adrénaline que l’on ressent lorsque l’on commence un projet : on est très excité et motivé par cette activité. Lorsqu’elle est ponctuelle, elle est une force pour nous. Néanmoins, si cette phase dure, nous tombons dans la seconde phase.

La phase de résistance

Cette phase se produit lorsque le stress est persistant dans le temps. L’organisme va adopter un fonctionnement au-dessus de ses capacités pour surmonter la situation angoissante

La phase d’épuisement

Cette phase survient lorsque l’organisme n’a plus de ressource pour faire face au stress. Il ne peut plus supporter la situation. Et toutes les tâches, même les plus petites et moins difficiles deviennent insurmontable.

Les troubles psychologiques

A la suite de stress, d’angoisse et de peurs peuvent apparaître les insomnies, divers troubles de la mémoire ainsi que de la fatigue chronique physique et mentale. Ce que l’on appelle également le burn-out

Les troubles somatiques

Les migraines, les tics, le manque d’appétit, … peuvent naître du stress. Il vous faut faire preuve d’une grande vigilance par rapport à vos maux et votre niveau de stress afin de les éliminer efficacement et éviter une médicamentation inutile

Les problèmes internes

Par exemple :

  • Problème de transport ;
  • La retraite qui approche ;
  • Un décès ;
  • Une naissance ;

Les éléments positifs peuvent également aboutir à une situation de stress. Vous avez sans doute déjà remarqué que lors d’un départ en vacances, nous souvent stressé. Pourtant, partir en vacances est un bonheur pour nous tous. Ces évènements, positifs et négatifs sont classées sur une échelle dites de Holmes et Rahe dont la somme des points cumulés apportent une note sur le niveau de stress d’une personne.

Les causes qui dépendent de nous

Elles sont liées à la façon dont nous vivons : l’urgence est présente à tout instant et nous oublions d’écouter notre corps. Voici quelques éléments :

  • Absence de pratique sportive :
  • Regarder les écrans trop souvent (tv, smartphone) ;
  • Ne pas manger sainement ou manger trop vite ;
  • S’énerver souvent ;

Selon l’auteur J. LICCIARDI, les causes du stress dépendantes de nous sont les plus importante car nous cherchons sans cesses des causes externes alors qu’elles sont en nous.

Chapitre V – Entretenir des relations efficaces

Réussir, efficace rapports profonds, vrais

Pour l’auteur, « efficace » est synonyme de rapports profonds, vrais. Combien de temps passez-vous avec vos proches ? Avec votre femme, vos enfants, vos parents ? Combien de temps d’attention leur accordez-vous par jour ?
Joël a calculé qu’il ne donnait à son fils moins d’une minute par jour d’attention. Or, lorsqu’une personne nous accorde toute son attention, nous voyons l’importance qu’elle nous donne.

Voici sept recommandations de l’auteur afin d’entretenir des relations plus efficaces :

Ayez une attitude bienveillante

Premièrement, ne jugez pas une personne dès lors que vous la rencontrez. Évitez également de la critiquez pas et ne vous plaignez pas non-plus.

Pour être bienveillant, il faut s’efforcer de voir le bien partout. Penser que les gens sont fondamentalement bons. Qui sait, peut-être que la personne à l’aspect brute qui vous approche veut simplement vous rendre votre téléphone, que vous avez fait tomber par inadvertance ?

Vous pouvez vous entraîner à adopter une attitude bienveillante en annonçant à haute voix le positif et en listant les qualités des personnes que vous fréquenter ou rencontrez

Si vous donner les points faibles des personnes que vous rencontrez, vous pouvez les blesser. Donc même si vous voulez le faire dans une approche bienveillante pour les aider à progresser, adoptez une attitude d’encouragement, reconnaissez en elle une qualité qui n’est pas à améliorer puis souligner une autre qualité qui, elle, est à améliorer.

Complimentez les autres

Pour l’auteur, Joël LICCIARDI, le compliment doit être sincère et vrai. En effet, on remarque assez vite lorsqu’un compliment n’est pas réellement pensé. Recevoir un compliment permet de se rendre compte de sa valeur et nous stimule à nous améliorer, à faire mieux afin de montrer à la personne qui nous a complimenté que l’on peut faire encore mieux. De même, lorsque l’on complimente quelqu’un, on peut sentir son impact positif, ce qui nous rend heureux : en complimentant une collègue, vous avez eu un impact positif sur sa vie, c’est extrêmement fort. Enfin, s’intéresser aux autres permet aux autres de s’intéresser à nous. Si vous voulez vous faire remarquer, remarquez d’abord les autres.

Restez ouvert, attentif et positif envers les autres.

Intéressez-vous aux autres

Retenir le nom d’une autre personne, comme évoqué plus tôt est un puissant marqueur d’intérêt. Peu de personne y arrive et vous envoyez un message très fort : je m’intéresse à toi. Lorsque vous ou une tiers personne engage une conversation, restez attentif à elle, ne monopolisez pas la conversation, même si vous avez de gros problèmes. Personne n’a envie d’avoir sa soirée plombée par les problèmes des autres. Soyez donc à l’écoute de ses centres d’intérêts.

De même, poussez les autres à prendre la parole, valorisez-les. Vous vous ferez beaucoup plus et positivement remarquer à faire remarquer les autres (toujours positivement, bien sûr !). Cela montre que vous les considérez, vous leur donnez de l’importance. De même, si vous arrivez à vous souvenir d’un évènement important aux yeux d’une personne, vous marquez des points. Il se peut que les retours d’intérêt soient longs à arriver. Rassurez-vous, c’est naturel : on est toujours méfiant et on veut s’assurer de la véracité des intentions de l’interlocuteur.

De même, il vous faut rester un certain nombre de points pour montrer votre vrai intérêt :

  • Tenir ses promesses ;
  • Envoyez une carte de vœux, anniversaire, deuil ;
  • Tenir un rendez-vous ou annuler à l’avance

Voici donc le bon état d’esprit qui sera votre plus gros atout lorsque l’occasion se présentera.

Affirmez vos idées

Suggérer à votre collège une vision différente des choses plutôt que de l’imposer. Essayer d’argumenter de façon calme, en étant sûr de vous sans paraître prétentieux. L’auteur nous invite à accepter et valoriser les idées des autres. Même si l’idée ne vous plaît pas, ayez simplement le respect des goûts, idées et des prises de décisions d’autrui.

Écoutez attentivement et activement

Ici, après avoir écouter avec attention ce qu’avait votre interlocuteur à dire, il s’agit de poser des questions de façon bienveillante. C’est-à-dire avec délicatesse et pertinence. Les petits gestes ont là aussi leurs importances : hocher la tête, regarder l’interlocuteur dans les yeux, sourire, … sont des marqueurs importants d’écoute. De même, si vous voulez exprimer votre opposition à certains propos, attendez la fin de son argumentation, ne coupez pas la parole puis répondez calmement, en argumentant vous aussi afin d’amener votre interlocuteur à penser comme vous.

Et bien évidement, on ne dégaine pas son portable et on ne baille pas durant la conversation, aussi ennuyante soit-il. Eclipsez-vous par un simple « excusez-moi » 😉

Exprimez votre joie

Le sourire et la bonne humeur est contagieux et permet de faire bonne impression. De plus, c’est un marqueur d’ouverture à l’autre, de bienveillance et on accorde toujours nos faveurs à ceux qui nous sont agréables.

Reconnaissez vos erreurs

Ne faites pas remarquer les erreurs des autres, cela impact la vision qu’elle a d’elle-même et peut l’amener à un cycle nocif de perte de confiance. Essayez donc de faire preuve de compassion avec votre interlocuteur. Écoutez d’avantage cette personne afin de comprendre pourquoi elle fait ses erreurs. Afin de souligner les erreurs commises, posez des questions, cela montre que vous vous intéressez à cette personne et que vous voulez vous enrichir de ses idées en poussant ses réflexions. Puis, en échange les vôtre vous pourrez, à termes d’argumentations, potentiellement la faire changer d’avis.

Chapitre VI – être plus enthousiaste chaque jour

Cet adjectif vient de grec enthousiasmos, qui veut dire « Dieu intérieur ». Ce concept est donc de se surpasser, d’aller au bout de ses objectifs et de surmonter chaque épreuve. L’enthousiasme est un sentiment extrêmement fort qui peut nous pousser à réaliser des choses que l’on pensait impossible.

Être enthousiasme veut également dire chasser le négatif de notre vie. L’auteur nous invite rechercher le positif. Voici quelques pistes :

  • Inspirez-vous de ceux qui réussissent : athlètes, inventeurs, …
  • Rencontrez-les qui vous inspirent, lisez leurs biographies, regardez des conférences afin de comprendre comment ils ont réussi, voir leurs plans d’action ;
  • Remémorez-vous vos souvenirs positifs ;
  • Soyez curieux de tout ;
  • Apprenez sans cesses ;
  • Félicitez-vous de vos réussites.

Conclusion

Cet ouvrage de Joël LICCIARDI est composé de deux parties. Premièrement, il nous apprend à établir notre vision de la réussite. En effaçant les croyances de la société et en nous coupant de toutes les ondes négatives qui peuvent nous effectuer.

Deuxièmement, on apprend à avoir des objectifs afin d’atteindre nos rêves en nous faisant travailler sur tous ce qui impact la réussite de nos objectifs par le stress, la confiance en nous, etc.

Puis, nous développons notre mémoire et nos relations humaines car nous avons des autres pour mener à bien nos projets. Enfin, nous apprenons à prendre la parole en public, rassuré par notre apprentissage de notre vie en société. Ainsi, notre développement personnel est complet et nous pouvons enfin accéder à la réalisation totale de nos rêves.

Mon avis

Dans ce livre, nous avons un énorme apport de contenu théorique mis en pratique par des exercices simples à la fin de chaque chapitre. Ce programme nous permet de prendre conscience de nous même et surtout, nous aide à agir maintenant. Même si ce n’est qu’un pas minuscule, c’est le début d’une grande aventure.

Les points négatifs de l’ouvrage se trouvent dans la surinformation dans des chapitres peu structuré.

N’hésitez pas à me dire si ces conseils vous ont été utiles. Vous pouvez vous procurer via Amazon le livre Programmer votre réussite de Joël LICCIARDI