Dépression : comment se soigner sans médicaments

21 mai 2019 2 Par Edouard
Dépression : comment se soigner sans médicaments
4.4 (88%) 60 votes

Résumé : Voici un livre de recettes parfaites pour se débarrasser de la dépression, dominer le stress et les soucis le tout raconté sur les expériences de personnes connues et moins connues, pour ne pas dire inconnues. Plus qu’un livre, c’est un guide à ouvrir et rouvrir à chaque problème rencontré. J’ai nommé Comment dominer le stress et les soucis de Dale CARNEGIE.

Soigner naturellement la dépression

SOMMAIRE

Introduction

Première partie
– L’horloge de notre vie ;
– Que faire face à l’angoisse.

Deuxième partie – la méthode pour pulvériser la dépression
– La méthode

Troisième partie – cultiver le bonheur et ne plus jamais être en dépression
– Sortir du cercle malsain ;
– L’ennui ;
– Les petits détails ;
– Évaluer les risques ;
– Se poser les bonnes questions avant d’agir ;

Quatrième partie – éviter la dépression par lien social
– Ne soyez pas miner par l’attitude des autres ;
– Votre handicap est votre force.

Cinquième partie – éloigner la dépression
– Garder son calme ;

Sixième partie – vos actes quotidien pour vous prémunir de la dépression
– Accordez vous le repos dont vous avez besoin ;
– Focalisez-vous sur le positif ;
– Ayez une liste des choses à faire avant de vous coucher ;
– Comment gérer l’insomnie.

Septième partie – quitter ce qui vous met en dépression
– Oser quitter et tout recommencer.

Huitième partie – argent et dépression
– Gérer ses finances.

Conclusion.

On y va pour la chronique ?

Introduction sur le but de cet ouvrage sur la dépression

Commençons par le commencement : l’introduction « Comment et pourquoi j’ai écrit ce livre ». Généralement, on la saute ou la survole brièvement. Ici, ne pas la lire serait une erreur. Pourquoi ? Parce que cela nous place dans le contexte : comment est-il parvenu à sortir de cercle malsain de la déprime. Il nous expose sa thérapie validée par lui et toutes les personnes à qui il l’a montré. Ainsi, dans ce livre en neuf parties sont également cités des personnalités qui ont témoignés de leurs difficultés. Nous pouvons donc nous identifier à eux et comprendre que nous avons tous des périodes difficiles, des problèmes, quel que soit son statut, ses performances, ses acquis, … voilà donc un puissant livre pour nous aider à reprendre notre vie en main, sortir la tête de l’eau, se remotiver, relativiser et reprendre le contrôle de ses pensées et de sa vie.

Première partie

L’horloge de votre vie influe le cycle de votre déprime

Notre vie est faite de période, de transition. On se souviens tous de l’époque bénie de l’enfance, où nos parents payaient les factures, la nourriture, nous offraient ce que l’on voulait, aucuns problèmes, ils étaient notre refuge. Ou plus récemment, quand nous étions en couple, heureux, avec un travail et une bonne paye, les dernières vacances à la plage… et maintenant tout est triste, le ciel est gris, on est seul, des soucis de tous les côtés… voici ici l’une des premières clés du bonheur : apprendre que le temps est cyclique.

Vous aviez été heureux ? Vous le serez, après une période de doute, de pleurs, de problèmes. Le principal est de ne pas se focaliser sur ce qui a été mais sur ce qui a fonctionné. Par exemple, passer ses soirées à pleurer sur l’amour de notre vie perdu, notre travail de rêve perdu, etc. ne les fera pas revenir.

Sortir du cycle de la dépression

Cependant, analyser comment nous y sommes parvenus, comment l’avons-nous séduit la première fois ? Comment avons-nous décroché ce job la dernière fois ? Si nous l’avons fait une fois, nous pouvons le reproduire. Et c’est même le secret des plus grands. Par exemple Warren BUFFET, un entrepreneur qui a fait fortune dans la bourse nous explique qu’il faut répéter les actions qui fonctionnent.

Nous ne devons pas nous focaliser sur ce qui a été fait mais sur comment le reproduire. En somme, nous devons apprendre à tourner les pages, clore les chapitres. Ne plus penser au passé, aux erreurs commises mais à comment évoluer, devenir meilleur et passer à autre chose. Un nouveau moi, une nouvelle transition. Au maintenant : voilà ce que je veux et voilà comment, dès aujourd’hui, je peux mettre en place des actions. Même minime mais au moins une action pour relancer cette machine qui est mon bonheur et ma vie.

Que faire face à l’angoisse qui induit une dépression ?

Que faire face à la dépression

Connaissez-vous Willis CARRIER ? C’est un ingénieur américain qui a inventé la climatisation moderne. En France, on ne l’utilise pas beaucoup, même si cela se démocratise. On préconise d’ouvrir les fenêtres. Aux États-Unis, la climatisation est partout, limite sacrée. Et comme le hasard fait bien les choses, voici comment l’inventeur moderne du climatiseur nous enseigne à garder la tête froide en quatre étapes :

  • Prenez du recul sur la situation. Laissez poser le problème un jour ou deux, du moins le temps de vous en détacher émotionnellement le plus possible ;
  • Analyser les conséquences les plus graves qui risque de vous arriver ;
  • Soyez prêt à accepter cette situation ;
  • Essayer de restreindre le plus possible ces conséquences.

Comme on me l’a souvent répété mon grand-père militaire : c’est dans la préparation que l’on gagne la bataille. Cette phrase résume ces très bons conseils, analyser à tête reposée ce qui risque d’arriver et préparez-vous le plus possible. Envisagez toujours le pire pour mieux l’affronter, l’atténuer. Le mieux est d’affronter une situation en sachant comment résoudre les éventuels problèmes. Prenons l’exemple d’une fusée : les ingénieurs doivent se préparer aux situations les plus risqués, les moins improbables même, au cas où. Le tout pour être efficace et ne pas perdre son sang-froid face à une situation qui parfois est très bête mais où le stress nous immobilise complètement.

Conclusion sur la première partie

Voilà comment, avant même de se retrouver dans une situation difficile, on en sort. La clé est donc la préparation minutieuse, un plan d’action, des étapes à suivre en cas de panique. Un peu comme si vous vous trouviez nez-à-nez avec un joggeur en plein malaise. Vous paniquez, que faire ? L’horreur ! La panique l’emporte, mais, vous vous souvenez que vous gardez sur vous le petit mémo que l’on vous a donné au collège sur les gestes qui sauve. Vous vous détendez et prenez en charge le malade en toute sérénité. Votre calme va le rassurer : il est entre de bonnes mains. –Histoire véridique qui m’est arrivée-.

De plus, l’adage est bien ancré : nous nous faisons des cheveux blancs avec les soucis. Il est même prouvé médicalement que le stress et surtout la mauvaise gestion des problèmes provoquent un cercle malsain de maladies : manque de sommeil, tension, perte de réactivité, idées flous, agressivité, etc.  vous avez sans doute croiser ses affiches dans les salles d’attentes des médecins.

Deuxième partie – la méthode pour pulvériser la dépression

Comme expliqué dans la première partie, la méthode est la suivante :

  • Prendre du recul ;
  • Analyser ;
  • Se mettre à l’action MAINTENANT.

Voici les questions à se poser pour analyser un problème :

  • Quelle est la difficulté à surmonter ?
  • Qu’est-ce qui a provoqué/amener à ce problème ?
  • Quelles sont les solutions pour atténuer à court terme et résoudre ce problème à long terme ? (si vous pouvez le résoudre à court terme, c’est tout aussi bien) 
  • Quelle solution est la plus pertinente ?

TROISIÈME PARTIE – CULTIVER LE BONHEUR ET NE PLUS JAMAIS ÊTRE EN DÉPRESSION

Le bonheur se cultive comme un jardin

Sortir du cercle malsain de la dépression

Faites une check-list des habitudes que vous avez. Par exemple : je me couche à minuit tous les jours, je me focalise sur mes erreurs, … la routine peut-être un puissant moteur ou, à contrario, un puissant poison. Choisir ses habitudes est donc cruciale.  Ces habitudes a mettre en place peuvent paraître barbantes ou inutiles au début mais à long terme, c’est ce qui fera la différence. Si le bonheur était simple à trouver, pensez-vous que la dépression et le malheur existeraient encore à l’heure actuelle ? Le bonheur se cultive et tous les jardiniers vous le diront : ce n’est pas de tout repos.

L’ennui qui fait entrer dans le cycle de dépression

Quand on n’a rien à faire, que l’on s’ennuie, c’est le moment parfait pour se poser des questions : qu’est-ce que je fais de ma vie ? Pourquoi je m’ennuie ? On traîne sur les réseaux sociaux et on voit de gens heureux, à l’autre bout du monde, avec leurs amis, etc. et nous, on est là, seul, à ne rien faire. Le remède le plus efficace à ça ?  Être occupé constamment. Si l’on habite une grande ville, c’est plus simple : musée, théâtre, sortie, … pour les plus petites et lorsque l’on a aucun moyen de transport, c’est plus complexe mais on peut toujours trouver : des forums internet, la lecture, les balades, …

le but est d’empêcher notre cerveau de réfléchir à des soucis inutiles : non, notre vie n’est pas moins intéressante que les autres. Non, nous ne sommes pas moins aimés car nous ne partageons pas une vie trépidante entre Rio et Rotterdam. La vie nous apporte assez de problèmes, évitons d’en créer. De même, triomphons des petites victoires. Vous avez une montagne de paperasse à faire, ouf, après des mois de lutte, vous arrivez enfin à faire entendre raison aux impôts. Il vous reste BEAUCOUP de chose à faire MAIS, c’est une victoire, réjouissez-vous, ressourcez-vous. Si vous avez fait ça, le reste se fera également.

Les petits détails de la dépression

Vous venez de finir la vaisselle et vous sentez une goutte fuir du robinet. Pas grave. Vous n’avez pas envie de sortir la poubelle. On le fera demain matin. NON. Comme dit précédemment, ne laissez pas votre cerveau réfléchir. Pour le robinet, ce n’est peut-être rien, il est sans doute un peu dévissé mais si vous attendez, la grosse fuite peut arriver, la tuyauterie sera endommagée et le gaspillage d’eau terrible.

Si vous repoussez constamment le fait de sortir la poubelle, elle sera là à vie ou jusqu’à ce que l’odeur devienne insupportable… prêtez attention aux détails et surtout, résolvez les avant que les détails ne deviennent des problèmes majeurs.

Mon conseil : toujours, je dis bien TOUJOURS faire les actions qui prennent moins de deux minutes sans réfléchir. Elles arrivent ? OK, je le fais mécaniquement, on en parle plus. Vous vous dégagerez un temps considérable et éviterez de potentielles sources de problèmes.

Évaluez les risques de tomber en dépression

Préférez-vous perdre deux minutes de suite à sortir les poubelles ou attendre que l’odeur ne devienne nauséabonde ? Sortir la poubelle ou risquer de voir débarquer la belle famille pour admirer ce sac débordant en plein milieu de la cuisine ? Combien de fois à l’école nous avons mis de côté un passage en se disant « je n’ai pas compris, je verrai plus tard » et les lacunes s’accumulent encore et toujours, jusqu’au point où nous ne comprenons plus de quoi on parle. Restons à l’école en apprenant à faire des probabilités, demandons-nous si les risques en valent la chandelle. Dois-je faire vérifier mon robinet dans la journée ou attendre de voir si éventuellement j’aurai un gros dégât des eaux ?

Et si par malheur – ou négligence – cela arrivait, il faut apprendre à accepter les conséquences. Soyez comme un vêtement imperméable : laisser couler les problèmes, ne prenez pas l’eau ! Pourquoi l’eau glisse-t-elle sur le revêtement ? Parce qu’elle est composée de matériaux hydrophobes. Un jour en visitant un monastère une sœur m’a dit, en parlant de la vie en communauté « on est comme des pierres. Chacune à sa personnalité, son caractère, qui est parfois en contradiction avec celle des autres. On est obligée de vivre ensemble et c’est en se confrontant les unes aux autres que nous nous polissons, comme deux pierres en les frottant l’une contre l’autre. » Voilà de sages paroles : voir la différence, la rencontrer, s’adapter, se transformer, se remettre en question à chaque instant.

Avancer et laisser la déprime loin derrière vous

Nous nous retrouvons dans des situations sans le vouloir mais nous y sommes, nous devons faire avec. Nous devons donc l’accepter et travailler sur ce qui peut être fait, changer, améliorer et avancer avec ce qu’on a et ce que l’on peut faire. Le travail doit s’effectuer sur ce qui est à faire et non ce qui est déjà révolu.

Se poser les bonnes questions avant d’agir

Là encore, prenez du recul, analyser la situation :

  • Est-ce que cela me tient à cœur ?
  • Quelles sont mes limites par rapport à ça ? Jusqu’où je peux aller ?
  • Quel est le prix en temps, argent, énergie ? Suis-je prêt à dépenser cela ?

Mon conseil est le suivant : si vous n’avez pas envie de faire quelque chose, ne le faite pas. Si ce n’est pas important pour vous, laissez tomber.

Quoiqu’il se soit passé, cela reste du passé et il est inchangeable. Concentrons-nous sur le présent. Que pouvons-nous faire maintenant ? AVANCER.

Avancer malgré la dépression

Quatrième partie – éviter la dépression par lien social

Cultiver le bonheur à chaque instant

On s’est tous déjà retrouvés, de bon matin, face à la boulangère, caissière ou devant un simple passant de mauvaise humeur et cela nous a mis de mauvaise humeur pour la journée, sans raison particulière ! Au contraire, on a déjà tous eu sa journée d’illuminée simplement en croisant quelqu’un de très heureux, un enfant sourire, … l’attitude est d’une puissance redoutable et sous-estimée. Le conscient est une force pour le corps tout entier. Apprenons à être heureux et à propager ce bonheur aux autres. Voici comment :

  • Les pensées positives apportent des résultats positifs. Si on se dit que l’on peut le faire, notre mental fera tout pour décupler nos forces : ne vous sous-estimé jamais.
  • Voyez tous les petits bonheurs : les oiseaux qui chantent, les magnifiques bâtiments, l’univers tout entier œuvre à votre bonheur, voyez-le.
  • Ne vous venger pas. A préparer une vengeance trop chaude, vous risquez de vous brûler les doigts. Et surtout, comprenez qu’ignorer une personne est le pire des supplices car cela revient à nier son existence. Imaginez que l’on agisse comme si vous n’existiez pas, c’est terrible. Ne perdez pas votre temps avec ceux qui vous ont fait du mal, vous avez mieux à faire et vous apportez de la valeur au monde.

Ne soyez pas miner par l’attitude dépressive des autres

arrêter la dépression
  • On ne vous tient pas la porte, ne vous dis pas bonjour, merci, au revoir, … qu’importe, passer outre, cela ne vous apporte rien de positif de vous y attarder ;
  • Le bonheur se partage donc n’attendez pas que les autres vous en donne, donnez-en sans compter, vous recevrez sans attendre ;
  • La reconnaissance, la politesse, … s’apprend alors ne condamner pas : aider ceux qui ne savent pas. Vos parents vous ont appris la politesse et s’ils ne l’ont pas rabâché, vous avez appris en les imitant. Sachez qu’avec de la patience et de la persévérance, d’autres vont vous imiter et seront des exemples pour d’autres, sans même le savoir. Cependant, ne rogner pas votre personnalité, souvenez-vous, vous êtes une pierre à polir. Vous pouvez imiter ceux qui vous inspire et imiter leurs réussites va vous permettre de réussir mais vous êtes-vous, soyez donc vous-même.

Vous êtes donc un héro qui s’ignore. Un influenceur de tous les jours, un enseignant au quotidien. Montrez le bon exemple. Comme le disait mon professeur de mécanique des fluides : Faites vous remarquez pour des choses intelligentes et non pas pour des âneries. Focalisez-vous donc sur ce qui vous rend heureux et soyez rationnel et méthodique sur vos malheurs et problèmes.

Votre handicap est votre force

Vous démarrez dans la vie en étant moins chanceux que les autres ? Alors ce doit être un moteur pour vous. Oui, jour après jour, pour accomplir ce que font machinalement toutes les autres personnes, vous devez fournir un effort qui vous épuise. Et alors ? Cela doit vous motiver. Vous voyez ce que vous, vous faites, est-ce que les autres en seraient capables ? Sans doute pas. Surpassez-vous encore et toujours car vous percerez alors que les autres abandonnerons. Dale CARNEGIE a écrit « la plupart d’entre eux se sont distingués justement parce qu’ils ont débuté dans la vie avec un handicap qui les incitait à faire des efforts exceptionnels et à se fixer des buts grandioses. »

Cinquième partie – éloigner la dépression

Garder son calme

  • Souvenez-vous qu’une critique infondée est un compliment caché. On ne diffame que par jalousie. Soyez plus intelligent, passez outre. Restez calme et serein.
  • Donnez le meilleur de vous-même comme ça vous n’aurait aucun regret. Même si vous échouez, vous aurez fait tout ce qui était en votre pouvoir, qu’importe ce que diront les autres vous aurez mis votre vêtement imperméable ;
  • Demandez les causes de vos erreurs. Votre supérieur vous fait savoir que vos résultats sont médiocres mais vous crier dessus ne résoudra rien : demandez-lui ce qui ne va pas, comment l’améliorer. La vanité n’a pas sa place chez les gens heureux, nous avons besoin de l’expertise des autres. Demandez des conseils et critiques constructives et avancez en lumière de cela.

Sixième partie – vos actes quotidien pour vous prémunir de la dépression

Organiser son bonheur s'apprend

Repoussons la fatigue et les problèmes en six points :

Accordez-vous le repos dont vous avec besoin

Il est difficile de nos jours, avec nos emplois, enfants, obligations de se reposer mais c’est vital : le repos régule notre corps, notre cœur, notre cerveau en a besoin. Efforcez-vous, pendant vos pauses de vous accorder un petit temps, même quelques minutes allongées, les yeux fermés, seul dans un endroit calme… vous augmenterez considérablement votre efficacité

Focalisez-vous sur le positif

Vos clients sont embêtants, oui mais dites-vous que ce sont eux qui font tourner l’entreprise et donc vous paie. Cette dame est très désagréable et me fait retourner le magasin pour ne rien acheter finalement… mais elle était très belle, etc. trouvez des qualités à tous les défauts, du bonheur là où le mal jailli.

Ayez une liste de choses à faire avant de vous coucher

Si vous écriez noir sur blanc ce que vous avez à faire, vous ne l’oublierez pas car vous aurez la liste sous les yeux. Ne le faites pas sur smartphone, vous serez tenté de voguer ailleurs, sur des réseaux sociaux… en l’écrivant avant de vous coucher, votre cerveau va également y réfléchir inconsciemment, comme on le dit si bien : la nuit porte conseil. Vous aurez sans doute trouvé les solutions avant de vous y atteler. Gain de temps !

  • Ne gardez sur votre bureau que ce dont vous avez besoin ;
  • Trier vos tâches par ordre d’importance ;
  • Ne repoussez rien au lendemain, efforcez-vous de résoudre tous les problèmes qui se présentent à vous ;
  • Si vous ne voulez ou ne pouvez pas faire, demandez aux autres ;
  • Soyez intéressé par ce que vous faites. Le temps passe plus vite et nous sommes heureux de résoudre des problèmes passionnants.

Comment gérer l’insomnie

  • Lisez, travaillez, … occupez-vous jusqu’à sombrer dans les bras de Morphée ;
  • Faites des pompes, des tractions, … fatiguez-vous ;
  • Organiser la journée à venir ;

Si vous ne parvenez pas à dormir, souvenez-nous qu’il faut vous maintenir éveillé toute la journée, même si vous serez un parfait zombie. Il est important de faire le tour complet de l’horloge, pour ne pas vous déréglé et être en jet lag. Le soir venu, ce sera une vraie délivrance et votre lit n’aura jamais paru aussi doux et accueillant.

Septième partie – quitter ce qui vous met en dépression

Oser quitter et tout recommencer.

Si vous êtes en burn-out au travail, si vous ne vous y épanouissez pas : quittez-le. Alors, attention, pas du jour au lendemain. Réfléchissez à ce qui vous rendrait heureux, tout en vous assurant que cela vous permettra d’en vivre. Puis préparez votre départ en faisant des formations, des initiations, … et quand vous aurez un poste à pourvoir, foncez. Si vous pensez ne pas être fait pour un métier, chassez cette idée, voyez avec des professionnels si c’est possible, comment y parvenir, même si c’est réalisable dans dix ans, pensez-y. Voulez-vous, travailler et dans dix ans avoir le métier de vos rêves ou garder votre situation actuelle jusqu’à la retraite ?

Huitième partie – argent

Gérer ses finances

70% des préoccupations des personnes viennent de l’argent. Voyons quelques conseils pour limiter les risques et mieux maîtriser son budget :

  • Notez toutes ses dépenses sur un carnet. Regardez sur votre compte vos dépenses pour commencer puis notez les au fur et à mesure ;
  • Calculer vos dépenses moyennes du mois : nourriture, vêtement, divertissement, etc. ;
  • Regarder si vous pouvez réduire vos dépenses, par exemple des abonnements de journaux, jeux-vidéos, etc. qui sont inutiles ;
  • Éduquez vos proches aux dépenses utiles ;
  • N’attendez pas après les jeux de hasards pour faire fortune.

Conclusion

Pour rédiger cet article, je me suis basé sur le livre Comment dominer le stress et les soucis de Dale CARNEGIE, qui a de nombreuses anecdotes et références que je ne cite pas

ici, pour ne pas vous en gâcher le plaisir. Ces conseils sont de vraies pépites à lire et à relire. A retourner voir en cas de coup de mou, comme d’un guide du bien être, un remède naturel à la dépression. On peut donc, à chaque instant de la vie, se ressourcer, en voyant que même les plus grandes stars, les plus grands inventeurs ont tous été saisis de doutes, de peur, de problèmes qu’ils pensaient insurmontables… et les ont surmontés. Nous sommes nos propres chefs et pouvons tracer nos propres destinés. Voici le message de ce livre, délivré avec lucidité. Les seuls points dérangeants de ce livre sont les exemples un peu dépassés prenant par exemple une époque révolue ou une fin trop moralisatrice.

Notes et avis

notes livre dale carnegie Amazon
commentaires livre Amazon Dale Carnegie

Vous pouvez vous le procurer sur Amazon ici : Comment dominer le stress et les soucis

Qu’avez-vous penser de cet article et de ce livre ?

Summary
Review Date
Reviewed Item
Comment soigner la dépression naturellement ?
Author Rating
41star1star1star1stargray